Let’s protect more expectant mothers and their babies from malaria!

Signez la lettre

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

En signant cette lettre, j’accepte de rendre mon nom accessible au public.

Cancel

Lettre ouverte aux dirigeants du monde

12 décembre 2021

Journée internationale de la couverture sanitaire universelle

 

Un nombre sidérant de 12 millions de femmes enceintes en Afrique subsaharienne ont été infectées par le paludisme en 2019.1 Les effets ont été étendus et ont inclus :

  • Maladie grave chez les femmes enceintes2 et environ 10 000 décès maternels.3

  • 164 000 mort-nés, soit 20 % de l'ensemble des mort-nés.4

  • 100 000 décès de nouveau-nés, soit 11 % de la mortalité néonatale.5

  • 822 000 enfants nés avec une insuffisance pondérale,6 ce qui expose les bébés à un risque accru de décès et de handicap permanent.7

Un tel bilan aurait pu être évité par le biais de trois interventions simples qui auraient suffi à sauver des vies.

Actuellement, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande que toutes les femmes enceintes dorment sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide et bénéficient d'un diagnostic rapide et d'un traitement efficace des cas de paludisme. En outre, il existe un outil rentable qui permet de stopper la course dévastatrice du parasite du paludisme : il s’agit du traitement préventif intermittent pendant la grossesse (TPIp) avec sulfadoxine-pyriméthamine (SP) de qualité, ou TPIp-SP. Le TPIp-SP est recommandé par l'OMS pour toutes les femmes enceintes éligibles dans les zones d'endémie de paludisme en Afrique. Il a été prouvé que le TPIp-SP réduit la mortalité néonatale,8 le nombre de bébés souffrant d’une insuffisance pondérale à la naissance9,10 et d'anémie maternelle, associée à un risque plus élevé de décès maternels.11

Les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables à l'infection par le paludisme et doivent être considérées comme étant prioritaires dans la lutte contre cette maladie. Malheureusement, elles sont souvent oubliées. En 2020, plus des deux tiers des femmes enceintes éligibles en Afrique subsaharienne n'ont pas bénéficié des trois doses recommandées de TPIp-SP.12 Bien que le taux d'administration se soit lentement amélioré ces 10 dernières années, il est resté faible par rapport aux autres opérations de lutte contre le paludisme et est loin d'atteindre les objectifs mondiaux.

Pour combler ce manquement dans la prestation de services, le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme a lancé un appel à l'action en 2015, ainsi qu'un appel renouvelé à accélérer la mise à l'échelle du TPIp en 2020.13 Notre campagne s'adresse aux dirigeants mondiaux et nationaux, aux donateurs, aux groupes de la société civile, aux partenaires techniques et aux chercheurs. Nous demandons à chacun d'eux de prendre les mesures qui s'imposent pour que toutes les femmes enceintes éligibles des régions d'Afrique subsaharienne, où le paludisme est endémique, reçoivent au moins trois doses de TPIp avec SP dès que possible, et au plus tard en 2030.

Par cette lettre, nous demandons aux décideurs mondiaux et nationaux d’ouvrir la voie en soutenant les actions suivantes :

  • Assurer un financement suffisant pour lutter contre le paludisme pendant la grossesse

  • S'assurer que des quantités suffisantes de SP de qualité sont disponibles dans les établissements de santé

  • Former le personnel des établissements de soins prénatals à fournir des services de qualité pour répondre aux besoins globaux des femmes

  • Promouvoir la fréquentation précoce des centres de soins prénatals et l'adoption rapide du TPIp-SP au niveau communautaire

  • Éliminer les frais et lutter contre les autres obstacles qui se dressent sur le chemin de la recherche de soins.

Dans le contexte actuel marqué par la pandémie de COVID-19, l'appel à accélérer la mise à l'échelle de la couverture TPIp n'a jamais été aussi urgent. Cette crise sanitaire mondiale montre que nous devons faire preuve de plus de collaboration et de créativité pour endiguer les menaces sanitaires émergentes et existantes, tout en veillant à ce que les populations les plus vulnérables ne soient pas oubliées et puissent bénéficier de la prévention et des traitements dont elles ont besoin. Il s'agit d'un élément essentiel pour atteindre la couverture sanitaire universelle d'ici à 2030 et faire en sorte que personne ne soit laissé pour compte.

Nous avons des raisons d'être optimistes : ces vingt dernières années ont illustré le pouvoir du partenariat pour inverser le cours d'une maladie ancienne. Depuis le début du millénaire, des acteurs mondiaux et nationaux issus d'un vaste éventail de secteurs ont fixé des objectifs communs ambitieux, ont collaboré et ont réussi à réduire de moitié le taux de mortalité lié au paludisme.14 Le changement est possible.

Ensemble, nous pouvons intensifier la mise en œuvre de cette opération essentielle, améliorer considérablement la vie des mères et des bébés et contribuer à mettre fin au paludisme pour de bon et en ne laissant personne de côté.

Accélérons par conséquent la mise à l'échelle du TPIp. Le monde sans paludisme commence avec l’engagement de chacun d'entre nous.


1 Organisation mondiale de la santé. Rapport mondial sur le paludisme 2020.

2 Ibid.

3 Roman et al. « Determinants of uptake of intermittent preventive treatment during pregnancy: a review. » Malaria Journal. 2019 ; 18:372

4 UNICEF, OMS, Groupe de la Banque mondiale et Nations Unies. Niveaux et tendances de la mortalité infantile. Septembre 2020.

5 Roman et al. « Determinants of uptake of intermittent preventive treatment during pregnancy: a review. » Malaria Journal. 2019 ; 18:372

6 Organisation mondiale de la santé. Rapport mondial sur le paludisme 2020.

7 Ibid.

8 Saito M, Briand V et al. Deleterious effects of malaria in pregnancy on the developing foetus: a review on prevention and treatment with antimalarial drugs. Lancet Child and Adolescent Health. Volume 4, numéro 10, P761-774, 1er octobre 2020.

9 Organisation mondiale de la santé. Rapport mondial sur le paludisme 2021.

10 Ibid.

11 Organisation mondiale de la santé. Rapport mondial sur le paludisme 2019.

12 Organisation mondiale de la santé. Rapport mondial sur le paludisme 2021

13 Renouvellement de l'appel à l'action : Act Now to Save Lives: Increase IPTp Coverage! Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme

14 Organisation mondiale de la santé. Rapport mondial sur le paludisme 2021.

 

youtube instagram linkedin facebook twitter