News & Events » News » Pressant appel aux dirigeants mondiaux pour la prise de mesures décisives de lutte contre le paludisme, le sida et la tuberculose en finançant la reconstitution du Fonds mondial

Pressant appel aux dirigeants mondiaux pour la prise de mesures décisives de lutte contre le paludisme, le sida et la tuberculose en finançant la reconstitution du Fonds mondial

Il est impératif d’accroître les financements des programmes du Fonds mondial tout au long de la période 2024-2026 pour sauver 20 millions de vies et faire avancer la lutte contre le paludisme

23 février 2022, Genève – Le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme se joint au Fonds mondial et à des partenaires du monde entier pour appeler les dirigeants mondiaux, le secteur privé et les philanthropes à engager 18 milliards de dollars dans de nouveaux investissements vitaux cette année afin de sauver 20 millions de vies du paludisme, de la tuberculose, du VIH et du sida d’ici à 2026.

Le Fonds mondial assure actuellement plus de la moitié (56 %) du financement global des programmes de prévention, de contrôle et d’élimination du paludisme dans 94 pays. Le Fonds mondial estime que s’il reçoit la pleine dotation nécessaire, les investissements qui suivront permettront de réduire les cas de paludisme de 66 %, de faire reculer les décès dus au paludisme de 62 % et d’éliminer le paludisme dans au moins six pays d’ici à 2026. L’une des interventions phares à l’appui de ces progrès est l’augmentation prévue de l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée, dont la couverture devrait passer de 43 % à 52 % en Afrique subsaharienne, ainsi que le traitement de 550 millions de cas de paludisme.

Le dossier d’investissement du Fonds mondial, qui présente dans ses grandes lignes l’impact projeté de cet investissement, a été rendu public lors d’une réunion préparatoire de la reconstitution, organisée conjointement par les chefs d’État de la République démocratique du Congo, du Kenya, du Rwanda, du Sénégal et de l’Afrique du Sud. La Conférence de reconstitution des ressources, organisée par le président américain Joseph Biden, aura lieu aux États-Unis au deuxième semestre de 2022.

D’après le dossier d’investissement, chaque dollar investi dans l’intensification des programmes du Fonds mondial génère un ratio de retour sur investissement de 1 à 31, les pays les plus pauvres du monde étant les bénéficiaires des trois quarts de ces gains. Les investissements obtenus dans le cadre du mécanisme de financement du Fonds mondial catalyseront à leur tour jusqu’à 59 milliards de dollars d’investissements nationaux supplémentaires.  

M. Abdourahmane Diallo, directeur général du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, a déclaré :

« La septième reconstitution du Fonds mondial marquera un moment décisif dans la lutte contre le paludisme. Alors que la moitié de la population mondiale vit toujours devant le danger de cette maladie mortelle, le monde se trouve à un stade de son objectif d’éradication du paludisme où tout peut basculer. La charge mondiale du paludisme est bien plus élevée que les estimations ne l’avaient fait croire jusqu’ici et on constate depuis peu l’émergence de nouvelles menaces pour le progrès, parmi elles des perturbations dans la prévention et le traitement du paludisme attribuables à la crise de COVID-19, à des situations d’urgence humanitaire de plus grande envergure, à la résistance croissante aux insecticides et aux médicaments et aux délétions de gènes qui réduisent l’efficacité des tests de diagnostic rapides. Il faut y voir un signal d’alarme pour agir.

« Les pays qui subissent la plus lourde charge de paludisme sont ceux-là mêmes qui ont le moins de moyens pour financer des services de santé et qui ont souffert le plus sur le plan économique durant la pandémie. Il est désormais essentiel que tous les pays se mobilisent pour lutter contre ce qui est important, à savoir réaliser l’objectif mondial de reconstitution de 18 milliards de dollars pour mettre fin au sida, à la tuberculose et au paludisme, afin d’améliorer la croissance économique et de renforcer les systèmes de santé pour combattre ces maladies et se protéger contre de futures menaces sanitaires. »

#FightForWhatCounts pour éradiquer le paludisme en l’espace d’une génération

Depuis 2002, le Fonds mondial a sauvé plus de 44 millions de vies humaines, réduit de plus de moitié le taux combiné de mortalité par le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose et renforcé les systèmes de santé dans les communautés les plus vulnérables du monde.

Au cours des 20 dernières années, les investissements du Fonds mondial et de partenariats innovants avec les pays touchés par le paludisme, les pays donateurs, le secteur privé et les ONG ont contribué à sauver 10,6 millions de vies du paludisme et à empêcher plus de 1,7 milliard de cas de paludisme. Pour la période 2021-2023, le Fonds mondial a affecté un montant supplémentaire de 825 millions de dollars (soit un total de 3,58 milliards de dollars) pour permettre aux pays d’Afrique d’intensifier leurs interventions efficaces de lutte contre le paludisme et de prise en charge des cas, et de contribuer à relever des défis comme celui de la résistance aux insecticides.

Ces investissements dans les programmes de lutte contre le paludisme ont également aidé les pays à mettre en place des systèmes de santé résilients et durables, la lutte contre le paludisme jetant les fondements de la préparation à de futures pandémies. Ainsi, une augmentation des investissements dans la lutte contre le paludisme par le biais du Fonds mondial présente l’une des meilleures opportunités d’aider les pays à continuer de se doter de systèmes de santé résilients et durables et de renforcer leurs capacités de préparation à des menaces futures pour la santé.

 Maha Taysir Barakat, professeure et présidente du Conseil du Partenariat RBM de lutte contre le paludisme, ajoute :

« Le Fonds mondial offre aux pays, au secteur privé et aux philanthropes un excellent rapport coût/résultat dans la mesure où il permet de tirer parti d’approches de financement innovantes, de regrouper les ressources et de consolider l’expertise technique nécessaire en vue de créer un modèle d’assistance responsable, axé sur les résultats, qui a contribué à l’une des plus grandes réussites de notre génération en matière de santé mondiale. Les pays doivent profiter de cette occasion pour accroître les investissements dans le Fonds mondial pour le prochain cycle de financement de trois ans et faire avancer les progrès vers l’objectif mondial de réduction des cas de paludisme et les décès qu'il entraîne de 90 % entre 2015 et 2030. C’est ce qui permettra, à terme, de sauver des millions de vies supplémentaires du paludisme et de débloquer des milliards de dollars en avantages économiques. »

- FIN -

Note aux rédacteurs

Pour organiser une interview ou une séance d’information, veuillez contacter le service de presse du Partenariat RBM à Grayling à l’adresse RBMPartnership@grayling.com ou appeler le +44 (0) 20 386 3747.

Présentation du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme

Le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme est la plus grande plate-forme mondiale de coordination de l’action contre le paludisme. Fondé en 1998 sous le nom de Partenariat Roll Back Malaria (RBM), il mobilise les efforts et les ressources et établit un consensus entre les partenaires. Le Partenariat regroupe plus de 500 partenaires, dont les pays impaludés, leurs partenaires au développement bilatéraux et multilatéraux, le secteur privé, des organisations non gouvernementales et communautaires, des fondations et des institutions du monde universitaire et de la recherche. Le Secrétariat du Partenariat RBM est hébergé par le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) à Genève, en Suisse. endmalaria.org

Facebook : @RBMPartnership

Twitter : @endmalaria

 

youtube instagram linkedin facebook twitter