News & Events » News » Le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme met en évidence l’impact de la collaboration transfrontalière sur l’accélération de l’élimination du paludisme aux niveaux régional, national et infranational

Le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme met en évidence l’impact de la collaboration transfrontalière sur l’accélération de l’élimination du paludisme aux niveaux régional, national et infranational

Le 9 octobre, Lyon, France -- Aujourd’hui, en marge de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial, le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme a réuni des responsables et des experts mondiaux de la santé pour discuter et partager les enseignements tirés du rôle joué par les collaborations régionales transfrontalières dans l’accélération de l’élimination du paludisme.

Cet événement, intitulé "Le Fonds mondial comme catalyseur de l’élimination du paludisme au niveau régional : appliquer le retour d’expérience au Sahel", a mis en exergue plusieurs exemples d’initiatives régionales transfrontalières ayant permis d’accélérer la baisse des cas de paludisme et des décès, d’élargir l’accès aux interventions antipaludiques vitales, de lutter contre la résistance aux insecticides et aux médicaments et d’améliorer la surveillance et les soins de santé primaires dans les pays. Dans plusieurs cas, ces initiatives ont contribué à accélérer l’élimination du paludisme dans un pays ou des sous-régions. Des initiatives telles que l’Initiative pour l’élimination du paludisme au Sahel, l’Initiative Élimination 8, l’Initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine et les Initiatives régionales pour l’élimination du paludisme ont été essentielles pour améliorer efficacement les efforts de lutte contre le paludisme dans des régions d’Afrique, d’Asie et d’Amérique centrale. 

De manière cruciale, le Fonds mondial a galvanisé nombre de ces initiatives en finançant des subventions nationales et régionales en Amérique centrale, en Afrique australe et dans la sous-région du Mékong. En tant que principale source internationale de financement de la lutte contre le paludisme, fournissant 65 % des fonds externes disponibles ciblant cette maladie, il est essentiel que le Fonds mondial soit pleinement financé si nous voulons appuyer davantage d’initiatives transfrontalières.

Coorganisé avec l’alliance des dirigeants d’Asie Pacifique contre le paludisme (APLMA), la Fondation des Nations Unies, l’alliance des dirigeants africains contre le paludisme (ALMA), l’alliance des entreprises contre le paludisme (BAAM), Malaria No More, Speak Up Africa, Medicines for Malaria Venture (MMV) et la société civile pour l’élimination du paludisme (CS4ME), cet événement a mis en avant l’importance des initiatives régionales contre le paludisme dans l’accélération de la lutte contre le paludisme – en particulier dans les régions fortement touchées – en :

  • augmentant la collaboration transfrontalière en matière de surveillance ;
  • attirant de nouvelles ressources et en mettant en commun des ressources existantes afin de tirer parti du pouvoir d’achat et de combler les lacunes critiques ;
  • créant des gains d’efficacité ;
  • améliorant les soins de santé primaires le long des frontières.  

M. Abdourahmane Diallo, médecin et directeur général du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, a déclaré :

« Les moustiques infectés par le paludisme ne respectent pas les frontières, ce qui fait que les initiatives de coordination régionale sont essentielles pour garantir que les progrès réalisés dans un pays facilitent les progrès dans d’autres pays. Le partage des enseignements tirés de collaborations transfrontalières réussies est essentiel pour s’assurer que les régions touchées par le paludisme puissent exploiter au mieux des ressources limitées, tout en améliorant les systèmes de santé et en élargissant l’accès à des outils permettant de sauver des vies. Ces modèles de réussite sont fondamentaux pour comprendre ce qu’il convient de faire pour qu’un pays fortement touché devienne un pays à fort impact, en particulier dans la région du Sahel, où se déroulent les plus récentes initiatives de collaboration. 

Grâce au soutien sans faille du Fonds mondial, nous avons pu constater à maintes reprises que nous sommes plus forts lorsque nous travaillons ensemble. Aujourd’hui, les pays touchés par le paludisme et les donateurs doivent renouveler et élargir leurs engagements en faveur d’initiatives de collaboration régionale visant à accélérer les efforts pour en finir une bonne fois pour toutes avec le paludisme. »

Au cours de la Conférence du Fonds mondial, le Partenariat RBM organise également un village « Zéro paludisme », à savoir une exposition publique mettant en avant les récits de survivants du paludisme et les efforts déployés dans le monde entier pour mettre fin au paludisme une fois pour toutes.

youtube instagram linkedin facebook twitter